Accès membre
Adhérer au CNGE
Bonjour, Visiteur
>>> Accès forums
 01.75.00.16.59
CNGE > Espace communication et presse > Autres communications > Médiapart en parle ! Les médecins généralistes s’insurgent contre les dérives du DPC

Dans cette catégorie:

Covid 19 et médecine générale - résultats provisoires de l'enquête

Le Monde du 17 septembre : "Prescriptions à la limite de l'overdose"

Contribution du CNGE à la Grande conférence de santé

Le dépistage du cancer du sein dans l'actualité

L'appel des 100000 contre le tabac - Pétition à signer !

Le Monde - 25 août 2016 - Dépakine : les médecins se justifient

La Semaine de la vaccination du 25 au 30 avril 2016

Le Monde du 1er mai 2014 -Tribune des Professeurs Universitaires de médecine générale

Médiapart en parle ! Les médecins généralistes s’insurgent contre les dérives du DPC

Discours de Marisol Touraine au congrès du CNGE Lyon 2012

En direct des collèges régionaux

Médiapart en parle ! Les médecins généralistes s’insurgent contre les dérives du DPC

Créé le jeudi 20 février 2014

Découvrez l’intégralité de l’article de Mickael Hajdenberg de Médiapart sur http://www.mediapart.fr/journal/france/070214/les-labos-investissent-la-formation-des-medecins

En dépit des scandales, la formation continue des médecins risque-t-elle de tomber dans les mains de l'industrie pharmaceutique ? Des généralistes le redoutent, au vu du peu de garanties présentées par le ministère de la santé.

Dès le printemps 2013, la commission scientifique indépendante (CSI) des médecins, chargée de contrôler les structures de formation, se prononce pour qu’il ne puisse pas y avoir « de financement des entreprises fabriquant ou distribuant des produits de santé dans les recettes totales de l’organisme ». Or, en juillet 2013, un arrêté du ministère prend le contre-pied de cette demande et autorise les organismes enregistrés à être financés par des labos.

L’État ne serait-il donc pas en mesure de garantir l’indépendance ? Face à la fronde des médecins indépendants, Marisol Touraine temporise et a sollicité l’IGAS ainsi que ses propres services juridiques.

La CSI des généralistes, après avoir suspendu ses travaux à l’automne, jugeant que le dispositif n’apportait pas les garanties nécessaires, dénonce les premières dérives du système sur ce qui devient un marché juteux pour certains représentant, toutes professions médicales confondues, plusieurs centaines de millions d’euros par an.

Dossier à lire et à suivre !