Accès membre
Adhérer au CNGE
Bonjour, Visiteur
>>> Accès forums
 01.75.00.16.59
CNGE > Espace communication et presse > Communiqués de presse CNGE > CP CNGE : Une solution aux problèmes démographiques pour les patients répondant aux besoins de formation des étudiants : la 4e année du DES de médecine générale dans les territoires- Juin 2019

Dans cette catégorie:

CP CNGE : Indépendance des médecins : un gage de qualité

CP CNGE : Problème du choix des internes en Ile de France : Mme la Ministre s’agace et se trompe

CP Homéopathie : le CNGE se félicite de la décision du grouvernement - Juillet 2019

CP Maladie de Lyme : 24 sociétés savantes se mobilisent pour protéger les patients

CP CNGE - Homéopathie : une clarification bienvenue qui appelle une suite -Juillet 2019

CP CNGE : Une solution aux problèmes démographiques pour les patients répondant aux besoins de formation des étudiants : la 4e année du DES de médecine générale dans les territoires- Juin 2019

CP CNGE - L’augmentation du nombre de MSU va permettre la mise en place de la 4e année du DES de médecine générale - Avril 2019

CP CNGE - Le rôle principal de la médecine générale au sein du système de santé ne devrait plus être un poisson d’avril - 01/04/19

CP CNGE - Il est temps de dérembourser les médicaments homéopathiques - Janvier 2019

CP CNGE - Le CNGE remercie les étudiants en médecine et les internes en médecine générale pour leur engagement au service des patients et leurs valeurs citoyennes

CP CNGE - Borréliose de Lyme et autres maladies transmises par les tiques : Pourquoi les sociétés scientifiques et professionnelles refusent de cautionner la recommandation de bonne pratique élaborée par la HAS

CP CNGE - Maladie de Lyme chronique : le CNGE conseille de ne pas tenir compte de la «recommandation» de la HAS - Juillet 2018

CP CNGE / SNEMG Juin 2018 - Progression de l’offre des stages en médecine générale

CP CNGE/SNEMG Juin 2018- Poursuite de la progression du nombre de maîtres de stage des universités de médecine générale

CP CNGE Juin 2018- Déremboursement des médicaments anti Alzheimer : enfin un pas important vers la clarté pour les patients et les professionnels

CP CNGE - Janvier 2018 - Dépistage du cancer du sein : pour une évolution au service des patient(e)s

CP CNGE Mai 2017 : Election présidentielle Le CNGE s’engage pour faire respecter les valeurs de la médecine et de l’éthique médicale.

CP CNGE Mars 2017 : Réforme du 3e cycle. Dernier rebondissement qui va détourner les internes de la médecine générale et aggraver la démographie !

CP CNGE Décembre 2016 -Les publications de la filière universitaire de médecine générale en 2015

Le Professeur Vincent Renard reconduit à la tête du Collège National des Généralistes Enseignants, Collège Académique

CP CNGE du 24 octobre 2016 - Conventionnement sélectif des médecins généralistes

CP CNGE/SNEMG Mai 2016 - Maitre de stage des universités et stages de médecine générale : Poursuite de la progression de l’offre.

CP CNGE/SNEMG Avril 2016 - Stagnation du ratio enseignants/étudiants dans la filière universitaire de médecine générale.

CP CNGE Janvier 2016 - Un système de santé organisé autour du médecin traitant et du patient vaut mieux qu'un 2ème avis

CP CNGE Janvier 2016 - La sous-section 53-03 Médecine générale du Conseil national des universités est installée

CP CNGE Décembre 2015 - Le succès du Congrès du CNGE renforce le pôle scientifique et universitaire de la médecine générale

CP CNGE /SNEMG Octobre 2015 - Résultats de l’enquête nationale sur la Filière universitaire de médecine générale au 1er Janvier 2015

Faut-il avoir peur des médicaments ? Avril 2015

CP CNGE Mars 2015 - Médecine générale : où est passé le rapport Druais ?

CP CNGE Décembre 2014 - Le Professeur Vincent Renard reconduit à la tête du Collège National des Généralistes Enseignants Collège Académique

CP CNGE Décembre 2014 - Création de la sous-section de Médecine générale au Conseil national des universités

CP CNGE Avril 2014 - Effectifs de Maîtres de stage des universités et nombre de stages en Médecine générale : une augmentation continue

CP CNGE avril 2014 - Enquête nationale : effectifs étudiants, enseignants, nombre de stage en médecine générale

CP CNGE avril 2014 - Effectifs d'enseignants et d'étudiants en médecine générale

CP CNGE mars 2014 - Qualification spécialiste MG

CP CNGE janv 2014 - Le CNGE salue la mémoire de Jehan de Butler

CP CNGE nov 2013 - Succès manifeste pour le congrès des 30 ans du CNGE

CP CNGE nov 2013 - Lutter intelligemment contre l'antibio résistance

CP CNGE sept 2013 - Le CNGE accueille avec intérêt le discours des ministres relatif à la Stratégie nationale de santé et souhaite des mesures pour la FUMG

CP CNGE Juin 2013 - Le CNGE fêtera ses 30 ans au cours de son congrès annuel à Clermont-Ferrand les 28 et 29 novembre

CP CNGE mai 2013 - Alerte concernant les effectifs d’enseignants et d’internes en médecine générale

CP CNGE déc 2012 - Le CNGE recense 6724 MSU et attend des mesures

CP CNGE nov 2012 - V. Renard reconduit à la tête du CNGE

CP CNGE nov 2012 - Mme la Ministre de la Santé au Congrès annuel du CNGE à Lyon

CP CNGE sept 2012 - Maisons de santé universitaires pluri professionnelles

CP CNGE juin 2012 - Modifier le dispositif DPC

CP CNGE Déc 2011 - Des moyens pour poursuivre les efforts de recrutement et de formation des MSU


Fichiers joints:

CP CNGE : Une solution aux problèmes démographiques pour les patients répondant aux besoins de formation des étudiants : la 4e année du DES de médecine générale dans les territoires- Juin 2019

Créé le mardi 11 juin 2019

 

Une solution aux problèmes démographiques pour les patients répondant aux besoins de formation des étudiants : la 4e année du DES de médecine générale dans les territoires

Dans le cadre du projet de loi sur l’organisation du système de santé, un amendement a été voté par la grande majorité des sénateurs mardi dernier pour transformer la dernière année du Diplôme d’études spécialisées (DES) en année professionnalisante exercée dans les territoires.

Cet amendement partait d’une très bonne idée mais il est inapplicable en l’état et dangereux pour la formation en médecine générale dont le DES est déjà le plus court de toutes les spécialités.

Les syndicats d’étudiants1 s’y sont opposés pour dénoncer une amputation de leur formation qui prévoit une autonomisation progressive au cours de l’actuelle 3e année. La conférence des doyens des facultés de médecine a pris à juste titre position pour rappeler que les étudiants ne sont pas à ce stade des praticiens suffisamment formés et que la situation dans les territoires ne justifiait donc pas de mettre en place « une offre de soins dégradée », décourageante et stressante pour les étudiants.

Le syndicat national des enseignants de médecine générale (SNEMG) a publié immédiatement un communiqué2 rappelant que mettre en place une telle année dans la 3e et dernière année du DES équivaudrait à casser le cursus récemment réformé alors qu’il marque une amélioration de la formation des étudiants pour exercer la médecine générale.

Quand les différents acteurs sont du même avis, il faut les écouter. La proposition des sénateurs ne peut en aucun cas être mise en œuvre en 3e année du DES. Cependant, le principe de l’année professionnalisante de formation dans les territoires est exactement le projet qu’il faut et qui manque aujourd’hui pour la formation des étudiants et pour la démographie médicale.

Il est équivalent au projet de 4e année du DES de médecine générale que les universitaires réclament depuis plusieurs années. Les patients, les territoires, les étudiants ont besoin de cette 4e année professionnalisante. Elle permettra aux futurs généralistes de connaître l’exercice dans les territoires, de s’y former et de s’y préparer pour s’estimer prêts à y exercer ce qui n’est pas le cas à l’heure actuelle. Les sénateurs avaient eux-mêmes envisagé cette année comme une 4e année pour le DES médecine générale puis ont renoncé à cette option devant l’opposition du gouvernement.

Cette solution d’avenir s’impose pourtant aujourd’hui d’évidence. Les syndicats des internes et des enseignants de médecine générale réclament à juste titre que des moyens décents soient consacrés à la filière universitaire de médecine générale, qui souffre toujours d’un retard considérable par rapport aux autres disciplines. Il y a urgence à investir dans ce projet. 

Il ne reste aujourd’hui qu’à convaincre les ministres que les territoires, les patients, les étudiants et la médecine générale méritent cette 4e année indispensable pour l’accès aux soins et la santé des Français.

 

  1. https://www.isnar-img.com/senat-marche-tete-preconise-de-brader-formation-medecins/
  2. https://www.cnge.fr/le_cnge/adherer_cnge_college_academique/communique_de_presse_snemg_du_07_juin_2019/

 


Fichiers joints