Accès membre
Adhérer au CNGE
Bonjour, Visiteur
>>> Accès forums
 01.75.00.16.59
CNGE > Espace communication et presse > Communiqués de presse CNGE > CP CNGE du 24 octobre 2016 - Conventionnement sélectif des médecins généralistes

Dans cette catégorie:

CP CNGE - Le CNGE remercie les étudiants en médecine et les internes en médecine générale pour leur engagement au service des patients et leurs valeurs citoyennes

CP CNGE - Borréliose de Lyme et autres maladies transmises par les tiques : Pourquoi les sociétés scientifiques et professionnelles refusent de cautionner la recommandation de bonne pratique élaborée par la HAS

CP CNGE - Maladie de Lyme chronique : le CNGE conseille de ne pas tenir compte de la «recommandation» de la HAS - Juillet 2018

CP CNGE / SNEMG Juin 2018 - Progression de l’offre des stages en médecine générale

CP CNGE/SNEMG Juin 2018- Poursuite de la progression du nombre de maîtres de stage des universités de médecine générale

CP CNGE Juin 2018- Déremboursement des médicaments anti Alzheimer : enfin un pas important vers la clarté pour les patients et les professionnels

CP CNGE - Janvier 2018 - Dépistage du cancer du sein : pour une évolution au service des patient(e)s

CP CNGE Mai 2017 : Election présidentielle Le CNGE s’engage pour faire respecter les valeurs de la médecine et de l’éthique médicale.

CP CNGE Mars 2017 : Réforme du 3e cycle. Dernier rebondissement qui va détourner les internes de la médecine générale et aggraver la démographie !

CP CNGE Décembre 2016 -Les publications de la filière universitaire de médecine générale en 2015

Le Professeur Vincent Renard reconduit à la tête du Collège National des Généralistes Enseignants, Collège Académique

CP CNGE du 24 octobre 2016 - Conventionnement sélectif des médecins généralistes

CP CNGE/SNEMG Mai 2016 - Maitre de stage des universités et stages de médecine générale : Poursuite de la progression de l’offre.

CP CNGE/SNEMG Avril 2016 - Stagnation du ratio enseignants/étudiants dans la filière universitaire de médecine générale.

CP CNGE Janvier 2016 - Un système de santé organisé autour du médecin traitant et du patient vaut mieux qu'un 2ème avis

CP CNGE Janvier 2016 - La sous-section 53-03 Médecine générale du Conseil national des universités est installée

CP CNGE Décembre 2015 - Le succès du Congrès du CNGE renforce le pôle scientifique et universitaire de la médecine générale

CP CNGE /SNEMG Octobre 2015 - Résultats de l’enquête nationale sur la Filière universitaire de médecine générale au 1er Janvier 2015

Faut-il avoir peur des médicaments ? Avril 2015

CP CNGE Mars 2015 - Médecine générale : où est passé le rapport Druais ?

CP CNGE Décembre 2014 - Le Professeur Vincent Renard reconduit à la tête du Collège National des Généralistes Enseignants Collège Académique

CP CNGE Décembre 2014 - Création de la sous-section de Médecine générale au Conseil national des universités

CP CNGE Avril 2014 - Effectifs de Maîtres de stage des universités et nombre de stages en Médecine générale : une augmentation continue

CP CNGE avril 2014 - Enquête nationale : effectifs étudiants, enseignants, nombre de stage en médecine générale

CP CNGE avril 2014 - Effectifs d'enseignants et d'étudiants en médecine générale

CP CNGE mars 2014 - Qualification spécialiste MG

CP CNGE janv 2014 - Le CNGE salue la mémoire de Jehan de Butler

CP CNGE nov 2013 - Succès manifeste pour le congrès des 30 ans du CNGE

CP CNGE nov 2013 - Lutter intelligemment contre l'antibio résistance

CP CNGE sept 2013 - Le CNGE accueille avec intérêt le discours des ministres relatif à la Stratégie nationale de santé et souhaite des mesures pour la FUMG

CP CNGE Juin 2013 - Le CNGE fêtera ses 30 ans au cours de son congrès annuel à Clermont-Ferrand les 28 et 29 novembre

CP CNGE mai 2013 - Alerte concernant les effectifs d’enseignants et d’internes en médecine générale

CP CNGE déc 2012 - Le CNGE recense 6724 MSU et attend des mesures

CP CNGE nov 2012 - V. Renard reconduit à la tête du CNGE

CP CNGE nov 2012 - Mme la Ministre de la Santé au Congrès annuel du CNGE à Lyon

CP CNGE sept 2012 - Maisons de santé universitaires pluri professionnelles

CP CNGE juin 2012 - Modifier le dispositif DPC

CP CNGE Déc 2011 - Des moyens pour poursuivre les efforts de recrutement et de formation des MSU


Fichiers joints:

CP CNGE du 24 octobre 2016 - Conventionnement sélectif des médecins généralistes

Créé le lundi 24 octobre 2016

Conventionnement sélectif des médecins généralistes : une mauvaise idée récurrente qui aggraverait le problème démographique

Le collège national des généralistes enseignants (CNGE) est la société scientifique et universitaire regroupant tous les enseignants en charge de la formation des futurs médecins généralistes.

Pour faire face aux problèmes de la démographie médicale dans les territoires, certains élus relancent l’idée d’un conventionnement sélectif à l’installation, en voulant lier le conventionnement d’un médecin en zone dite « surdotée » au départ d’un médecin déjà installé. L’idée est que cette mesure obligerait mécaniquement à l’installation dans les zones dites « sous dotées ».

Les universitaires de médecine générale reconnaissent bien sûr à la représentation nationale la légitimité à organiser la vie de la société et, dans ce cadre, un meilleur accès aux soins. Mais l’idée du conventionnement sélectif méconnaît gravement les processus de formation et d’installation des médecins généralistes, et méconnaît de surcroît qu’il n’existe plus aujourd’hui de zone « sur dotées » pour la médecine générale.

La formation en médecine générale ne conduit pas automatiquement à son exercice. Une des raisons profondes du problème démographique est le recrutement des jeunes formés en médecine générale par les institutions, notamment par les établissements de santé, pour des modes d’exercice hospitaliers, institutionnels, voire industriels, qui les détournent de l’exercice en médecine générale.

Cette tendance structurelle pèse d’autant plus lourdement que les conditions de formation des futurs généralistes comme leurs conditions d’exercice ont souffert historiquement et continuent à souffrir d’une moindre reconnaissance et de conditions beaucoup plus difficiles que pour les autres disciplines médico-chirurgicales. Cette moindre reconnaissance dans la formation comme dans l’exercice contribue toujours à orienter les futurs professionnels vers d’autres spécialités et d’autres modes d’exercice que la médecine générale.

En rajoutant des contraintes géographiques très lourdes pour les jeunes médecins généralistes en fin de formation, en les contraignant à l’installation dans certaines zones où les élus n’ont parfois pas réussi à maintenir des services publics de qualité, le résultat est connu d’avance : la fuite des généralistes formés vers des modes d’exercice institutionnels et hospitaliers, aggravant la tendance qui est déjà la principale responsable du problème démographique. Ces conditions structurelles rendent pour les médecins généralistes le problème radicalement différent de celui de professions paramédicales pour lesquelles le conventionnement sélectif a permis une amélioration de la situation.

Si les élus souhaitent résoudre le problème structurel de la démographie des médecins généralistes, les trois voies pour ce faire sont connues :

  • Revaloriser la formation des futurs généralistes, et développer leur formation universitaire, en poursuivant et amplifiant les réformes conduites depuis quelques années et qui ont amélioré la situation, mais qui sont encore trop récentes pour porter leurs fruits dans les territoires,
  • Revaloriser les conditions d’exercice des médecins généralistes dont les missions sont de plus en plus importantes mais qui n’en ont pas la reconnaissance relativement aux autres spécialistes dans le champ professionnel,
  • Lier la qualification en médecine générale et l’exercice de la spécialité en ambulatoire, et faire en sorte que les conditions statutaires soient meilleures en cas d’installation qu’en cas de remplacement provisoire.

Tous les enseignants impliqués dans la formation des futurs généralistes ne veulent pas assister à la déclinaison d’idées simplistes dont l’application aggraverait une situation qu’ils contribuent depuis des années à améliorer, et pour laquelle ils ont alerté les élus depuis des années sans avoir été entendus.

Pour le bureau du CNGE, son président, Pr Vincent Renard [06 25 80 33 29 - v.renard@cnge.fr]

 


Fichiers joints