Accès membre
Adhérer au CNGE
Bonjour, Visiteur
>>> Accès forums
 01.75.00.16.59
Conseil Scientifique > Productions du Conseil Scientifique > Extraits de brèves de la revue exercer > Zoom sur... les IPP - Novembre 2015

Dans cette catégorie:

Diclofénac et risque cardiovasculaire... Décembre 2018

En finir avec le PSA... - Novembre 2018

Exacerbations d'asthme : comment administrer les corticoïdes ? - Octobre 2018

Alcool et crampes - Septembre 2018

L'amour oral - Juin 2018

Toujours pas de PSA - Mai 2018

e-consultation : la panacée ? - Avril 2018

Chirurgie bariatrique et suicide - Mars 2018

Pour changer les pratiques, changeons de pratique - Décembre 2017

Oublies pas la bandelette ! - Novembre 2017

Molluscum contagiosum - Octobre 2017

Hypothyroïdie fruste chez les personnes âgées - Septembre 2017

Des céréales complètes pour une santé parfaite ! - Juillet 2017

Allegro - Mai 2017

Que j’aime ta couleur café… Avril 2017

J'ai trop saigné... Février 2017

Faut-il porter une contention dans un avion ? Janvier 2017

Octobre n’est peut-être pas si rose… Novembre 2016

La forêt plus menaçante que l’arbre coupé ? Novembre 2016

Zoom sur... les IPP - Novembre 2015

Modes de rémunération des médecins généralistes : quelles conséquences ? - Juin 2015

Quelle perception les patients obèses ont-ils de leur poids ? - Mars 2015

Les notices médicamenteuses : info ou intox ? Février 2015

Traiter les patients âgés diabétiques de type 2 - Décembre 2014

Le 6e sens médical - Octobre 2014

Prédire l'obésité chez les nouveaux-nés ? - Juin 2013

Le « baiser maternel » contre le corps étranger nasal - Février 2013

Corticoïdes inhalés et croissance - Novembre 2012

Démences : centres mémoire ou MG ? Eté 2012

Les vieux chouchoutés - avril 2012

Le mirage des chiffres - mars 2012

Surveillance des anticoagulants oraux - février 2012

Adénoïdectomie - janvier 2012


Fichiers joints:

Zoom sur... les IPP - Novembre 2015

Créé le lundi 16 novembre 2015

Prendre un médicament au long cours expose à des risques connus ou inconnus. Même les médicaments habituellement considérés comme bien tolérés et peu risqués, réservent des surprises ! Un exemple récent concerne les inhibiteurs de la pompe à protons (IPP) au long cours1.Une étude de registre de pharmacovigilance nord-américaine a exploré la corrélation statistique entre la prescription d’IPP et l’augmentation du risque cardiovasculaire en population générale. Les prescriptions médicamenteuses et les consultations de 2,9 millions de patients à bas risque cardiovasculaire, ne prenant aucun antiagrégant plaquettaire, ont été recueillies. Une analyse de survie a montré que les patients ayant reçu un traitement par IPP pour un reflux gastro-oesophagien avaient une mortalité cardiovasculaire augmentée sur une période de suivi de 5,2 ans en moyenne (HR = 2,22 ; IC 95 = 1,19-4,16 ; p = 0,013). Le mécanisme reste inconnu et les facteurs de confusions habituels (corrélation entre la maladie traitée par IPP et risque cardiovasculaire, consommation associée d’anti-inflammatoires non stéroïdiens, etc.) peuvent expliquer ce résultat. Des études de pharmacovigilance de grande envergure en population générale doivent être poursuivies pour compléter cette observation. Compte tenu des autres risques comme la survenue de pneumopathies plus fréquentes sous IPP2, il est préférable de limiter leur prescription dans le temps. L’adage « prescrire juste et non juste prescrire » est encore une fois renforcé.

 

  1. PLoS One 2015. doi:10.1371/journal.pone.0124653

  2. PLoS One 2015. doi: 10.1371/journal.pone.0128004


Fichiers joints