Accès membre
Adhérer au CNGE
Bonjour, Visiteur
>>> Accès forums
 01.75.00.16.59
Conseil Scientifique > Productions du Conseil Scientifique > Communiqués du Conseil Scientifique > Test immunologique de dépistage du cancer colorectal : un plus en termes de performances et de simplicité - Novembre 2015

Dans cette catégorie:

Dépistage organisé du cancer du col utérin : une nécessité d’information éthique pour les femmes - Septembre 2017

Comment améliorer la couverture vaccinale : concertation ou obligation ? Juin 2017

Patients hypercholestérolémiques : quelle attitude après la nouvelle recommandation de la HAS ? Mai 2017

Le CNGE pour une politique vaccinale cohérente et efficace - Décembre 2016

Le CNGE soutient la campagne « Novembre, moi(s) sans tabac » mais pour être efficace la mobilisation doit s’inscrire dans la durée - Novembre 2016

L’information faite aux femmes pour le dépistage organisé du cancer du sein est tronquée - Octobre 2016

Réduire la sur-prescription de benzodiazépines et apparentés : quelles solutions ? - Septembre 2016

Prévention du suicide : d’abord améliorer la prise en charge de la santé mentale des patients - Juin 2016

Médicaments du diabète de type 2 : le traitement centré sur l’HBA1c encore remis en cause par les récentes données de la science - Mars 2016

Revoir la place de la radiographie de thorax dans la prise en charge des pneumonies aiguës communautaires ? Janvier 2016

Test immunologique de dépistage du cancer colorectal : un plus en termes de performances et de simplicité - Novembre 2015

L’automesure tensionnelle pour le diagnostic d’hypertension artérielle : une référence pour la pratique - Sept 2015

Quelle performance pour le paiement à la performance ? Juin 2015

Recommandations de la SPILF sur les infections urinaires : une optimisation de la prise en charge à saluer, mais encore des inconnues - Juin 2015

Faut-il avoir peur du paracétamol - Avril 2015

ROSP : à quand des critères utiles à la santé des patients diabétiques et à la santé publique ? Mars 2015

Prise en charge du patient hypercholestérolémique en prévention primaire : vers de nouvelles recommandations ? - Décembre 2014

Congrès du CNGE - Plénière du Conseil Scientifique intitulée : Les statines, pour quels patients ? - Nov 2014

Patient hypercholestérolémique : abandonner les cibles de LDL et traiter par statine selon le risque cardiovasculaire. Le CNGE demande une mise à jour des recommandations françaises qui ne sont plus adaptées aux données de la science - Avril 2014

Visite de non contre-indication à la pratique du sport en compétition chez les sujets âgés de 12 à 35 ans : rien de nouveau depuis septembre 2012 - Mars 2014

Comment faire barrière à la grippe en période épidémique ? - Janvier 2014

Patients diabétiques de type 2 à haut risque cardiovasculaire, IEC et statines d’abord et surtout ! - Décembre 2013

Congrès du CNGE : plénière « Patients diabétiques de type 2, recommandation et données actuelles de la science - Que faire en pratique ? » - Novembre 2013

Les pilules de deuxième génération : LE premier choix - Septembre 2013

Nouveau calendrier vaccinal : le CNGE se félicite de sa simplification - Juin 2013

La recommandation de la HAS/ANSM intitulée « stratégies médicamenteuses du contrôle glycémique du diabète de type 2 » doit être modifiée - Avril 2013

Les nouveaux anticoagulants : à réserver à des situations particulières - Janvier 2013

Grippe saisonnière Malgré l’efficacité limitée des vaccins, la balance bénéfice/risque reste en faveur d’une vaccination ciblée - Novembre 2012

Traitement médicamenteux du diabète de type 2 Trop d’incertitudes, de nouveaux essais cliniques indispensables - Novembre 2012

Faut-il faire un ECG de repos lors de la visite de non contre-indication à la pratique du sport en compétition chez les sujets âgés de 12 à 35 ans ? - Septembre 2012

Maladies d’Alzheimer et apparentées_Des recommandations à préciser - Juin 2012

Cancer du col : priorité au dépistage organisé ! - mai 2012

Dépistage du VIH en médecine générale : multiplier les propositions de test et privilégier l’entretien orienté - Janvier 2012

Maladies d'Alzheimer et apparentées : structurer la prise en charge autour des interventions non médicamenteuses - Novembre 2011

Le médecin généraliste doit contribuer à mettre en œuvre les interventions médico-sociales utiles au patient et à son entourage - Novembre 2011

Quand faut-il traiter les otites de l’enfant par antibiotiques ? - Septembre 2011

Maladies d’Alzheimer et apparentées : diagnostiquer mais pas dépister - Septembre 2011

Dépistage du cancer de la prostate : et après ? - Septembre 2011


Fichiers joints:

Test immunologique de dépistage du cancer colorectal : un plus en termes de performances et de simplicité - Novembre 2015

Créé le lundi 9 novembre 2015

Test immunologique de dépistage du cancer colorectal : un plus en termes de performances et de simplicité

Le Cancer colorectal (CCR) est le deuxième cancer en termes de mortalité. Le dépistage systématique tous les deux ans, chez les patients asymptomatiques, à risque moyen, âgés de 50 à 74 ans, a montré un bénéfice en termes de réduction de la mortalité par CCR1. Les données relatives au test au gaïac, suivi d’une coloscopie si test positif, sont en faveur d’une réduction relative du risque de décès par CCR de l’ordre de 15% (RR = 0,85 ; IC95% = 0,78-0,92) sans bénéfice sur la mortalité totale1.Bien que les données d’efficacité du dépistage par tests immunologiques sur la diminution de la mortalité par CCR soient limitées, les études observationnelles ont montré une diminution significative de la mortalité par CCR2.

Le nouveau test immunologique de dépistage de sang occulte dans les selles a été mis en place au printemps 2015, dans le cadre du dépistage organisé du cancer colorectal (CCR). Il remplace le test colorimétrique au gaïac (Hemoccult®). Dès 2008, la Haute autorité de santé a souligné l’intérêt de deux tests immunologiques (Magstream® et OC-Sensor®) par rapport au test au gaïac à la fois en termes de performances, de balance bénéfices/risques et d’efficience3.

Le test OC-Sensor® a été retenu en raison de ses meilleures performances4. Sa sensibilité est plus élevée que celle du test au gaïac (65-75% vs 50%) bien que sa spécificité soit très légèrement inférieure (96-98% vs 98%). Les études préliminaires «test immunologique versus test au gaïac» ont montré que le test immunologique dépistait 2 fois plus de CCR (1 200 vs 600/100 000 sujets dépistés) tout en augmentant d’autant le nombre de coloscopies, examen plus invasif. Selon les études2, avec un taux de positivité de 4%, la valeur prédictive positive varie de 33% à 48% pour le CCR et l’adénome avancé.

En termes de faisabilité, il est plus simple pour les patients puisqu’un seul prélèvement de selles suffit, et la lecture est automatisée. Les modalités de délivrance du test ne sont pas modifiées (invitation envoyée au domicile du patient et test délivré par le médecin généraliste) et le Kit fourni est simplifié pour les médecins et les patients.

Le taux de participation au dépistage organisé du CCR était de 29,8% en 2013-14 ce qui est très inférieur aux objectifs européens (acceptables au-delà de 45% et souhaitables au-delà de 65%)5. Les études comparant l’acceptabilité des deux tests ont montré une augmentation de la participation de 5 à 13% pour le test immunologique2,principalement chez les hommes, les sujets jeunes et les plus défavorisés chez lesquels le bénéfice attendu est le plus important6.

Le rôle des médecins généralistes est central pour améliorer la participation au dépistage du CCR. Malgré la volonté de s’impliquer dans ce dépistage, la délivrance du test est parfois difficile à intégrer dans la consultation en médecine générale. Une consultation spécifique dédiée à la prévention avec une approche centrée sur les besoins du patient pourrait améliorer les modalités de délivrance du test dans le cadre d’une décision partagée 7.

En conclusion, le Collège national des généralistes enseignants (CNGE) salue la diffusion du test immunologique, plus simple et plus performant que le précédent.

 

Références

1. Hewitson P, Glasziou PP, Irwig L, Towler B, Watson E. Screening for colorectal cancer using the faecal occult blood test, Hemoccult. Cochrane Database of Systematic Reviews 2007, Issue 1. Art. No.: CD001216. DOI: 10.1002/14651858.CD001216.pub2.

2. Denis B, Guittet L. Dépistage du cancer colorectal par test immunologique quantitatif de recherche de sang occulte dans les selles : une révolution ? Hépato-Gastro et Oncologie digestive. 2015;119:119-29.

3. Haute autorité de santé (HAS). Place des tests immunologiques de recherche de sang occulte dans les selles (iFOBT) dans le programme de dépistage organisé du cancer colorectal en France. 2008, http://www.has-sante.fr/portail/upload/docs/application/pdf/2008-12/rapport_-_place_des_tests_immunologiques_de_recherche_de_sang_occulte_dans_les_selles_ifobt.pdf (page consultée le 18 septembre 2015).

4. Launois R, Le Moine JG, Uzzan B, Fiestas Navarrete LI, Benamouzig R. Systematic review and bivariate/HSROC random-effect meta-analysis of immunochemical and gaiac-based fecal occult blood tests for colorectal cancer screening. Eur J Gastroenterol Hepatol. 2014;26:978-89. doi: 10.1097/MEG.0000000000000160.

5. European Colorectal Cancer Screening Guidelines Working Group, von Karsa L, Patnick J et al. European guidelines for quality assurance in colorectal cancer screening and diagnosis: overview and introduction to the full supplement publication. Endoscopy 2013;45:51-9.

6. Digby J, McDonald PJ, Strachan JA, Libby G, Steele RJ, Fraser CG. Use of a faecal immunochemical test narrows current gaps in uptake for sex, age and deprivation in a bowel cancer-screening programme. J Med Screen 2013;20:80-5. doi: 10.1177/0969141313497197.

7. Aubin-Auger I, Laouénan C, Le Bel J, et al. Efficacy of communication skills training on colorectal cancer screening by GPs: a cluster randomised controlled trial. Eur J Cancer Care. 2015; doi: 10.1111/ecc.12310.

 

Contacts : Vincent Renard  06.25.80.33.29 & Isabelle Aubin-Auger 06 83 28 26 36

 

 

 


Fichiers joints