Accès membre
Adhérer au CNGE
Bonjour, Visiteur
>>> Accès forums
 01.75.00.16.59
Conseil Scientifique > Productions du Conseil Scientifique > Extraits de brèves de la revue exercer > Molluscum contagisum - Octobre 2017

Dans cette catégorie:

Oublies pas la bandelette ! - Novembre 2017

Molluscum contagisum - Octobre 2017

Hypothyroïdie fruste chez les personnes âgées - Septembre 2017

Des céréales complètes pour une santé parfaite ! - Juillet 2017

Allegro - Mai 2017

Que j’aime ta couleur café… Avril 2017

J'ai trop saigné... Février 2017

Faut-il porter une contention dans un avion ? Janvier 2017

Octobre n’est peut-être pas si rose… Novembre 2016

La forêt plus menaçante que l’arbre coupé ? Novembre 2016

Zoom sur... les IPP - Novembre 2015

Modes de rémunération des médecins généralistes : quelles conséquences ? - Juin 2015

Quelle perception les patients obèses ont-ils de leur poids ? - Mars 2015

Les notices médicamenteuses : info ou intox ? Février 2015

Traiter les patients âgés diabétiques de type 2 - Décembre 2014

Le 6e sens médical - Octobre 2014

Prédire l'obésité chez les nouveaux-nés ? - Juin 2013

Le « baiser maternel » contre le corps étranger nasal - Février 2013

Corticoïdes inhalés et croissance - Novembre 2012

Démences : centres mémoire ou MG ? Eté 2012

Les vieux chouchoutés - avril 2012

Le mirage des chiffres - mars 2012

Surveillance des anticoagulants oraux - février 2012

Adénoïdectomie - janvier 2012


Fichiers joints:

Molluscum contagisum - Octobre 2017

Créé le mardi 24 octobre 2017

Extraits de -  Brèves de médecine - de la revue exercer

Molluscum contagisum

Le molluscum contagiosum est une infection de la peau due à un poxvirus répandue, fréquente surtout chez les enfants. Les lésions disparaissent spontanément en quelques mois en l’absence de déficience immunitaire, mais un traitement peut être préféré pour éviter son extension ou pour des raisons esthétiques ou sociales. La revue Cochrane a évalué si un traitement était supérieur à un autre ou à l’absence de traitement. Seuls les essais contrôlés randomisés (ECR) ont été retenus. Ceux concernant les transmissions sexuelles ou les patients immunodéficients ont été exclus. 22 ECR regroupant 1 650 participants ont été inclus. Ont été testés l’imiquimod 5%, le cryospray, l’hydroxyde de potassium 10%, l’huile australienne de myrte au citron, l’huile d’olive, le peroxyde de benzoyle 10%, le trétinoïne 0,05%, le nitrate de sodium 5%, l’acide salicylique 5%, l’huile d'arbre à thé et l’iode. Aucun traitement n’a fait la preuve d’une réelle efficacité en termes cliniques. L’imiquimod 5% (AldaraÒ) entrainait des réactions locales plus fréquentes. Il semble donc raisonnable de proposer aux patients une abstention thérapeutique en attendant une guérison naturelle.

Cochrane Database Syst Rev 2017. doi: 10.1002/14651858.CD004767.pub4.


Fichiers joints