Accès membre
Adhérer au CNGE
Bonjour, Visiteur
>>> Accès forums
 01.75.00.16.59
Conseil Scientifique > Productions du Conseil Scientifique > Communiqués du Conseil Scientifique > Le médecin généraliste doit contribuer à mettre en œuvre les interventions médico-sociales utiles au patient et à son entourage - Novembre 2011

Dans cette catégorie:

Dépistage organisé du cancer du col utérin : une nécessité d’information éthique pour les femmes - Septembre 2017

Comment améliorer la couverture vaccinale : concertation ou obligation ? Juin 2017

Patients hypercholestérolémiques : quelle attitude après la nouvelle recommandation de la HAS ? Mai 2017

Le CNGE pour une politique vaccinale cohérente et efficace - Décembre 2016

Le CNGE soutient la campagne « Novembre, moi(s) sans tabac » mais pour être efficace la mobilisation doit s’inscrire dans la durée - Novembre 2016

L’information faite aux femmes pour le dépistage organisé du cancer du sein est tronquée - Octobre 2016

Réduire la sur-prescription de benzodiazépines et apparentés : quelles solutions ? - Septembre 2016

Prévention du suicide : d’abord améliorer la prise en charge de la santé mentale des patients - Juin 2016

Médicaments du diabète de type 2 : le traitement centré sur l’HBA1c encore remis en cause par les récentes données de la science - Mars 2016

Revoir la place de la radiographie de thorax dans la prise en charge des pneumonies aiguës communautaires ? Janvier 2016

Test immunologique de dépistage du cancer colorectal : un plus en termes de performances et de simplicité - Novembre 2015

L’automesure tensionnelle pour le diagnostic d’hypertension artérielle : une référence pour la pratique - Sept 2015

Quelle performance pour le paiement à la performance ? Juin 2015

Recommandations de la SPILF sur les infections urinaires : une optimisation de la prise en charge à saluer, mais encore des inconnues - Juin 2015

Faut-il avoir peur du paracétamol - Avril 2015

ROSP : à quand des critères utiles à la santé des patients diabétiques et à la santé publique ? Mars 2015

Prise en charge du patient hypercholestérolémique en prévention primaire : vers de nouvelles recommandations ? - Décembre 2014

Congrès du CNGE - Plénière du Conseil Scientifique intitulée : Les statines, pour quels patients ? - Nov 2014

Patient hypercholestérolémique : abandonner les cibles de LDL et traiter par statine selon le risque cardiovasculaire. Le CNGE demande une mise à jour des recommandations françaises qui ne sont plus adaptées aux données de la science - Avril 2014

Visite de non contre-indication à la pratique du sport en compétition chez les sujets âgés de 12 à 35 ans : rien de nouveau depuis septembre 2012 - Mars 2014

Comment faire barrière à la grippe en période épidémique ? - Janvier 2014

Patients diabétiques de type 2 à haut risque cardiovasculaire, IEC et statines d’abord et surtout ! - Décembre 2013

Congrès du CNGE : plénière « Patients diabétiques de type 2, recommandation et données actuelles de la science - Que faire en pratique ? » - Novembre 2013

Les pilules de deuxième génération : LE premier choix - Septembre 2013

Nouveau calendrier vaccinal : le CNGE se félicite de sa simplification - Juin 2013

La recommandation de la HAS/ANSM intitulée « stratégies médicamenteuses du contrôle glycémique du diabète de type 2 » doit être modifiée - Avril 2013

Les nouveaux anticoagulants : à réserver à des situations particulières - Janvier 2013

Grippe saisonnière Malgré l’efficacité limitée des vaccins, la balance bénéfice/risque reste en faveur d’une vaccination ciblée - Novembre 2012

Traitement médicamenteux du diabète de type 2 Trop d’incertitudes, de nouveaux essais cliniques indispensables - Novembre 2012

Faut-il faire un ECG de repos lors de la visite de non contre-indication à la pratique du sport en compétition chez les sujets âgés de 12 à 35 ans ? - Septembre 2012

Maladies d’Alzheimer et apparentées_Des recommandations à préciser - Juin 2012

Cancer du col : priorité au dépistage organisé ! - mai 2012

Dépistage du VIH en médecine générale : multiplier les propositions de test et privilégier l’entretien orienté - Janvier 2012

Maladies d'Alzheimer et apparentées : structurer la prise en charge autour des interventions non médicamenteuses - Novembre 2011

Le médecin généraliste doit contribuer à mettre en œuvre les interventions médico-sociales utiles au patient et à son entourage - Novembre 2011

Quand faut-il traiter les otites de l’enfant par antibiotiques ? - Septembre 2011

Maladies d’Alzheimer et apparentées : diagnostiquer mais pas dépister - Septembre 2011

Dépistage du cancer de la prostate : et après ? - Septembre 2011


Fichiers joints:

Le médecin généraliste doit contribuer à mettre en œuvre les interventions médico-sociales utiles au patient et à son entourage - Novembre 2011

Structurer la prise en charge autour des interventions non médicamenteuses

Créé le lundi 21 novembre 2011


COMMUNIQUE DE PRESSE
COLLEGE NATIONAL DES GENERALISTES ENSEIGNANTS
Vincennes, 21 novembre 2011

Maladies d’Alzheimer et apparentées : structurer la prise en charge autour des interventions non médicamenteuses


Le médecin généraliste doit contribuer à mettre en œuvre les interventions médico-sociales utiles au patient et à son entourage.


Les essais contrôlés randomisés évaluant l’efficacité des médicaments symptomatiques de la maladie d’Alzheimer ont montré une efficacité minime, inconstante et transitoire de l’état des patients. De plus, les échelles utilisées pour évaluer leurs bénéfices sont peu pertinentes. Enfin, ces médicaments ont des effets indésirables parfois graves et exposent à des interactions médicamenteuses fréquentes.1


La prise en charge des patients atteints des maladies d’Alzheimer et apparentées doit être globale et prendre en compte les comorbidités, en particulier le contrôle de la pression artérielle.2

Les interventions non médicamenteuses sont à promouvoir car elles permettent de prolonger le maintien à domicile.3 Les patients peuvent bénéficier de diverses formes d’aides (auxiliaire de vie, aide-ménagère) et de rééducation (kinésithérapie, orthophonie, ergothérapie, psychomotricité).4 Des mesures de protection juridiques peuvent être demandées si nécessaire. L’entourage du patient doit être accompagné psychologiquement et médicalement, et soulagé en recourant à des structures d’accueil temporaire.5

Le CNGE recommande de privilégier les approches les plus utiles aux patients et à leur entourage et de limiter les risques iatrogènes chez ces patients fragiles dès lors que le bénéfice n’est pas avéré.


Références
1. Letrilliart L, Pouchain D. Prise en charge thérapeutique de la maladie d’Alzheimer et des démences apparentées. exercer 2011;22:100-8.
2. Unverzagt FW, McClure LA, Wadley VG, et al. Vascular risk factors and cognitive impairment in a stroke-free cohort. Neurology 2011;77:1729-36.
3. Spijker A, Vernooij-Dassen M, et al. Effectiveness of non-pharmacological interventions in delaying the institutionalization of patients with dementia: a meta-analysis. J Am Geriatr Soc 2008;56:1116-28.
4. Haute autorité de santé. Actes d’ergothérapie et de psychomotricité susceptibles d’être réalisés pour la réadaptation à domicile des personnes souffrant de la maladie d’Alzheimer ou d’une maladie apparentée. Document d'information pour les professionnels de santé. La Plaine Saint-Denis : HAS, 2010.
5. Haute autorité de Santé. Maladie d’Alzheimer et maladies apparentées : suivi médical des aidants naturels. Recommandations de bonne pratique. La Plaine Saint-Denis : HAS, 2010.




Fichiers joints