Accès membre
Adhérer au CNGE
Bonjour, Visiteur
>>> Accès forums
 01.75.00.16.59
Conseil Scientifique > Productions du Conseil Scientifique > Extraits de brèves de la revue exercer > La forêt plus menaçante que l’arbre coupé ? Novembre 2016

Dans cette catégorie:

Diclofénac et risque cardiovasculaire... Décembre 2018

En finir avec le PSA... - Novembre 2018

Exacerbations d'asthme : comment administrer les corticoïdes ? - Octobre 2018

Alcool et crampes - Septembre 2018

L'amour oral - Juin 2018

Toujours pas de PSA - Mai 2018

e-consultation : la panacée ? - Avril 2018

Chirurgie bariatrique et suicide - Mars 2018

Pour changer les pratiques, changeons de pratique - Décembre 2017

Oublies pas la bandelette ! - Novembre 2017

Molluscum contagiosum - Octobre 2017

Hypothyroïdie fruste chez les personnes âgées - Septembre 2017

Des céréales complètes pour une santé parfaite ! - Juillet 2017

Allegro - Mai 2017

Que j’aime ta couleur café… Avril 2017

J'ai trop saigné... Février 2017

Faut-il porter une contention dans un avion ? Janvier 2017

Octobre n’est peut-être pas si rose… Novembre 2016

La forêt plus menaçante que l’arbre coupé ? Novembre 2016

Zoom sur... les IPP - Novembre 2015

Modes de rémunération des médecins généralistes : quelles conséquences ? - Juin 2015

Quelle perception les patients obèses ont-ils de leur poids ? - Mars 2015

Les notices médicamenteuses : info ou intox ? Février 2015

Traiter les patients âgés diabétiques de type 2 - Décembre 2014

Le 6e sens médical - Octobre 2014

Prédire l'obésité chez les nouveaux-nés ? - Juin 2013

Le « baiser maternel » contre le corps étranger nasal - Février 2013

Corticoïdes inhalés et croissance - Novembre 2012

Démences : centres mémoire ou MG ? Eté 2012

Les vieux chouchoutés - avril 2012

Le mirage des chiffres - mars 2012

Surveillance des anticoagulants oraux - février 2012

Adénoïdectomie - janvier 2012

La forêt plus menaçante que l’arbre coupé ? Novembre 2016

Créé le dimanche 20 novembre 2016

La forêt plus menaçante que l’arbre coupé ?

La prophylaxie préexposition (Prep) est parfois proposée à une personne séronégative à risque de contracter le virus de l’immunodéficience humaine de type 1 (VIH-1). La prise de manière continue ou « à la demande » de Truvada® (ténofovir disoproxil + emtricitabine) a ainsi démontré son efficacité pour réduire le risque de transmission par voie sexuelle. Elle est désormais recommandée par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) pour les personnes à haut risque de contamination, et qui ne peuvent pas – ou ne veulent pas – utiliser des préservatifs. Une méta-analyse a évalué l’incidence de certaines infections sexuellement transmissibles (IST) chez 70 000 hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes ayant ou non recours à la Prep. Les nouveaux cas d’infections étaient nettement plus fréquent en cas d’utilisation de la Prep (p < 0,001) : 11,2 fois plus pour Chlamydia trachomatis (IC95 = 10,2–12,3) ; 25,3 fois plus pour Neisseria gonorrhoeae (IC95 = 22,6–28,4) ; 44,6 fois plus pour la syphilis (IC95 = 39,1–51,1). Les personnes ayant expérimenté la Prep dans les études incluses étaient plus souvent exposés aux IST (dont le VIH), mais c’est aussi le cas en pratique courante.

En pratique

Même s’il n’est pas possible d’affirmer que la Prep conduit à une prise de risque supplémentaire concernant les IST, elle incite à ne pas négliger la prévention de celles-ci chez les personnes utilisant la Prep. Faute de quoi on pourrait assister à un fléchissement dans l’utilisation des préservatifs et à une résurgence des IST, comme cela a été observé après la mise sur le marché des premières anti-protéases.

AIDS 2016 doi: 10.1097/QAD.0000000000001185.