Accès membre
Adhérer au CNGE
Bonjour, Visiteur
>>> Accès forums
 01.75.00.16.59
Conseil Scientifique > Productions du Conseil Scientifique > Extraits de brèves de la revue exercer > J'ai trop saigné... Février 2017

Dans cette catégorie:

Diclofénac et risque cardiovasculaire... Décembre 2018

En finir avec le PSA... - Novembre 2018

Exacerbations d'asthme : comment administrer les corticoïdes ? - Octobre 2018

Alcool et crampes - Septembre 2018

L'amour oral - Juin 2018

Toujours pas de PSA - Mai 2018

e-consultation : la panacée ? - Avril 2018

Chirurgie bariatrique et suicide - Mars 2018

Pour changer les pratiques, changeons de pratique - Décembre 2017

Oublies pas la bandelette ! - Novembre 2017

Molluscum contagiosum - Octobre 2017

Hypothyroïdie fruste chez les personnes âgées - Septembre 2017

Des céréales complètes pour une santé parfaite ! - Juillet 2017

Allegro - Mai 2017

Que j’aime ta couleur café… Avril 2017

J'ai trop saigné... Février 2017

Faut-il porter une contention dans un avion ? Janvier 2017

Octobre n’est peut-être pas si rose… Novembre 2016

La forêt plus menaçante que l’arbre coupé ? Novembre 2016

Zoom sur... les IPP - Novembre 2015

Modes de rémunération des médecins généralistes : quelles conséquences ? - Juin 2015

Quelle perception les patients obèses ont-ils de leur poids ? - Mars 2015

Les notices médicamenteuses : info ou intox ? Février 2015

Traiter les patients âgés diabétiques de type 2 - Décembre 2014

Le 6e sens médical - Octobre 2014

Prédire l'obésité chez les nouveaux-nés ? - Juin 2013

Le « baiser maternel » contre le corps étranger nasal - Février 2013

Corticoïdes inhalés et croissance - Novembre 2012

Démences : centres mémoire ou MG ? Eté 2012

Les vieux chouchoutés - avril 2012

Le mirage des chiffres - mars 2012

Surveillance des anticoagulants oraux - février 2012

Adénoïdectomie - janvier 2012


Fichiers joints:

J'ai trop saigné... Février 2017

Extraits de - Brèves de médecine -de la revue exercer

Créé le mercredi 1 mars 2017

 

J’ai trop saigné…

Faut-il traiter par héparine de bas poids moléculaire (HBPM) ou par héparine non fractionnée, les patients en fibrillation auriculaire non valvulaire lors de l’instauration des anti-vitamines K (AVK) en attendant que ces dernières soient efficaces ? C’est la question que s’est posée une équipe de chercheurs français qui a analysé les données de l’assurance maladie. Une étude rétrospective, sur les données des patients ayant débuté un traitement par AVK pour cette indication, a été réalisée entre janvier 2010 et novembre 2014. Les évènements hémorragiques (saignements intracrâniens ou gastro-intestinaux) et thromboemboliques ont été analysés à partir des données d’hospitalisation dans les 2 mois qui ont suivi le début de traitement. Parmi les 90 826 patients inclus, 30 % ont eu un traitement relais HBPM/anticoagulant oral. Au cours du 1er et du 2e mois, il y a eu respectivement 318 (0,35%) et 231 (0,31%) saignements, et 151 (0,17%) et 122 (0,16%) évènements thromboemboliques ou accidents vasculaires ischémiques. Le risque de saignement était significativement plus important dans le groupe traité par héparine : hazard ratio = 1.60 (IC95 = 1.28–2.01 ; p < 0,01). Cette différence disparaissait au delà d’un mois. Il n’y avait en revanche pas de différence sur les évènements thromboemboliques ou accidents vasculaires ischémiques.

En pratique l’Agence nationale de sécurité du médicament confirme sur la base de ces données qu’à l’instauration d’une anticoagulation en ambulatoire pour une fibrillation auriculaire non valvulaire, utiliser une héparinothérapie en attendant que les AVK soient efficaces entraine un sur risque de saignement sans bénéfice sur les évènements thromboemboliques ou les accidents vasculaires ischémiques.

J Am Heart Assoc 2016. doi: 10.1161/JAHA.116.004065

D’autres résumés de travaux scientifiques sont accessibles dans la rubrique « Brèves de médecine » de la revue exercer.


Fichiers joints