Accès membre
Adhérer au CNGE
Bonjour, Visiteur
>>> Accès forums
 01.75.00.16.59
Conseil Scientifique > Productions du Conseil Scientifique > Extraits de brèves de la revue exercer > Hypothyroïdie fruste chez les personnes âgées - Septembre 2017

Dans cette catégorie:

Oublies pas la bandelette ! - Novembre 2017

Molluscum contagisum - Octobre 2017

Hypothyroïdie fruste chez les personnes âgées - Septembre 2017

Des céréales complètes pour une santé parfaite ! - Juillet 2017

Allegro - Mai 2017

Que j’aime ta couleur café… Avril 2017

J'ai trop saigné... Février 2017

Faut-il porter une contention dans un avion ? Janvier 2017

Octobre n’est peut-être pas si rose… Novembre 2016

La forêt plus menaçante que l’arbre coupé ? Novembre 2016

Zoom sur... les IPP - Novembre 2015

Modes de rémunération des médecins généralistes : quelles conséquences ? - Juin 2015

Quelle perception les patients obèses ont-ils de leur poids ? - Mars 2015

Les notices médicamenteuses : info ou intox ? Février 2015

Traiter les patients âgés diabétiques de type 2 - Décembre 2014

Le 6e sens médical - Octobre 2014

Prédire l'obésité chez les nouveaux-nés ? - Juin 2013

Le « baiser maternel » contre le corps étranger nasal - Février 2013

Corticoïdes inhalés et croissance - Novembre 2012

Démences : centres mémoire ou MG ? Eté 2012

Les vieux chouchoutés - avril 2012

Le mirage des chiffres - mars 2012

Surveillance des anticoagulants oraux - février 2012

Adénoïdectomie - janvier 2012


Fichiers joints:

Hypothyroïdie fruste chez les personnes âgées - Septembre 2017

Créé le jeudi 13 juillet 2017

Extraits de -  Brèves de médecine - de la revue exercer

Hypothyroïdie fruste chez les personnes âgées

Faut-il traiter les patients âgés devant des signes d’hypothyroïdie subcliniques ? Une étude randomisée contrôlée en double aveugle a été réalisée chez 737 patients âgés de 65 ans et plus qui avaient une hypothyroïdie subclinique c’est-à-dire un dosage de thyréostimuline, ou TSH (thyroid stimulating hormone) compris entre 4,60 et 19,99 mUI/L avec un dosage de thyroxine (T4) dans la norme. Un groupe intervention de 368 patients a reçu 50 μg par jour de lévothyroxine ou 25 μg pour les personnes de moins de 50 kg ou ceux ayant une pathologie coronarienne. Ces doses étaient ensuite ajustées selon les dosages de TSH (cible entre 0,4 et 4,6 mUI/L). Les critères de jugement étaient l’évolution au bout d’un an d’un score spécifique de la qualité de vie liée à la thyroïde (4 items) et un score de fatigue (7 items). Ces deux scores étaient cotés de 0 à 100, 100 étant le score le plus péjoratif. La moyenne d’âge était de 74,4 ans et 53,7 % étaient des femmes. La moyenne du dosage de TSH était de 6,40 (±2,01) mUI/L. Au bout d’un an, la TSH était en moyenne à 5,48 mUI/L dans le groupe témoin et à 3,63 mUI/L dans le groupe intervention (p < 0,001) avec une dose médiane de 50 μg de lévothyroxine. Il n’y avait pas de différence sur le score de qualité de vie : variation de 0,2 (±15,3) point dans le groupe témoin et 0,2 (±14,4) point dans le groupe intervention, différence entre les 2 groupes de 0 point (IC95 = -2,0 – 2,1). Il n’y avait pas de différence sur le score de fatigue : variation de 3,2 (±17,7) points dans le groupe témoin et 3,8 (±18,4) points dans le groupe intervention, différence entre les 2 groupes de 0,4 point (IC95 = -2,1 – 2,9). Les analyses en fonction du genre et du niveau de la TSH au départ n’ont pas montré un sous-groupe qui bénéficierait du traitement. Trois patients sur cinq repérés au départ car ils avaient eu un dosage antérieur de TSH anormal, n’avaient pas été inclus car leur taux était revenu à la normale au moment de l’inclusion. Les patients âgés d’au moins 65 ans ayant une hypothyroïdie fruste ne semblent pas bénéficier sur le plan symptomatique d’un traitement par levothyroxine.

NEJM 2017. doi: 10.1056/NEJMoa1603825

 


Fichiers joints