Accès membre
Adhérer au CNGE
Bonjour, Visiteur
>>> Accès forums
 01.75.00.16.59
Conseil Scientifique > Productions du Conseil Scientifique > Communiqués du Conseil Scientifique > Dépistage du VIH en médecine générale : multiplier les propositions de test et privilégier l’entretien orienté - Janvier 2012

Dans cette catégorie:

Dépistage organisé du cancer du col utérin : une nécessité d’information éthique pour les femmes - Septembre 2017

Comment améliorer la couverture vaccinale : concertation ou obligation ? Juin 2017

Patients hypercholestérolémiques : quelle attitude après la nouvelle recommandation de la HAS ? Mai 2017

Le CNGE pour une politique vaccinale cohérente et efficace - Décembre 2016

Le CNGE soutient la campagne « Novembre, moi(s) sans tabac » mais pour être efficace la mobilisation doit s’inscrire dans la durée - Novembre 2016

L’information faite aux femmes pour le dépistage organisé du cancer du sein est tronquée - Octobre 2016

Réduire la sur-prescription de benzodiazépines et apparentés : quelles solutions ? - Septembre 2016

Prévention du suicide : d’abord améliorer la prise en charge de la santé mentale des patients - Juin 2016

Médicaments du diabète de type 2 : le traitement centré sur l’HBA1c encore remis en cause par les récentes données de la science - Mars 2016

Revoir la place de la radiographie de thorax dans la prise en charge des pneumonies aiguës communautaires ? Janvier 2016

Test immunologique de dépistage du cancer colorectal : un plus en termes de performances et de simplicité - Novembre 2015

L’automesure tensionnelle pour le diagnostic d’hypertension artérielle : une référence pour la pratique - Sept 2015

Quelle performance pour le paiement à la performance ? Juin 2015

Recommandations de la SPILF sur les infections urinaires : une optimisation de la prise en charge à saluer, mais encore des inconnues - Juin 2015

Faut-il avoir peur du paracétamol - Avril 2015

ROSP : à quand des critères utiles à la santé des patients diabétiques et à la santé publique ? Mars 2015

Prise en charge du patient hypercholestérolémique en prévention primaire : vers de nouvelles recommandations ? - Décembre 2014

Congrès du CNGE - Plénière du Conseil Scientifique intitulée : Les statines, pour quels patients ? - Nov 2014

Patient hypercholestérolémique : abandonner les cibles de LDL et traiter par statine selon le risque cardiovasculaire. Le CNGE demande une mise à jour des recommandations françaises qui ne sont plus adaptées aux données de la science - Avril 2014

Visite de non contre-indication à la pratique du sport en compétition chez les sujets âgés de 12 à 35 ans : rien de nouveau depuis septembre 2012 - Mars 2014

Comment faire barrière à la grippe en période épidémique ? - Janvier 2014

Patients diabétiques de type 2 à haut risque cardiovasculaire, IEC et statines d’abord et surtout ! - Décembre 2013

Congrès du CNGE : plénière « Patients diabétiques de type 2, recommandation et données actuelles de la science - Que faire en pratique ? » - Novembre 2013

Les pilules de deuxième génération : LE premier choix - Septembre 2013

Nouveau calendrier vaccinal : le CNGE se félicite de sa simplification - Juin 2013

La recommandation de la HAS/ANSM intitulée « stratégies médicamenteuses du contrôle glycémique du diabète de type 2 » doit être modifiée - Avril 2013

Les nouveaux anticoagulants : à réserver à des situations particulières - Janvier 2013

Grippe saisonnière Malgré l’efficacité limitée des vaccins, la balance bénéfice/risque reste en faveur d’une vaccination ciblée - Novembre 2012

Traitement médicamenteux du diabète de type 2 Trop d’incertitudes, de nouveaux essais cliniques indispensables - Novembre 2012

Faut-il faire un ECG de repos lors de la visite de non contre-indication à la pratique du sport en compétition chez les sujets âgés de 12 à 35 ans ? - Septembre 2012

Maladies d’Alzheimer et apparentées_Des recommandations à préciser - Juin 2012

Cancer du col : priorité au dépistage organisé ! - mai 2012

Dépistage du VIH en médecine générale : multiplier les propositions de test et privilégier l’entretien orienté - Janvier 2012

Maladies d'Alzheimer et apparentées : structurer la prise en charge autour des interventions non médicamenteuses - Novembre 2011

Le médecin généraliste doit contribuer à mettre en œuvre les interventions médico-sociales utiles au patient et à son entourage - Novembre 2011

Quand faut-il traiter les otites de l’enfant par antibiotiques ? - Septembre 2011

Maladies d’Alzheimer et apparentées : diagnostiquer mais pas dépister - Septembre 2011

Dépistage du cancer de la prostate : et après ? - Septembre 2011


Fichiers joints:

Dépistage du VIH en médecine générale : multiplier les propositions de test et privilégier l’entretien orienté - Janvier 2012

Multiplier les propositions de test et privilégier l’entretien orienté

Créé le lundi 16 janvier 2012

COMMUNIQUE DE PRESSE
COLLEGE NATIONAL DES GENERALISTES ENSEIGNANTS
Vincennes, 16 janvier 2012

Dépistage du VIH en médecine générale : multiplier les propositions de test et privilégier l’entretien orienté

La recherche d’une séropositivité VIH s’appuie avant tout sur l’identification d’une situation d’exposition potentielle ou la recherche d’appartenance à un groupe à risque, lors de l’entretien avec le patient. Le test ELISA classique est la méthode de référence.

Des milliers de français ignorent qu’ils sont infectés par le VIH, car ils ne prennent pas toujours en compte les risques auxquels ils ont été exposés. Les médecins généralistes, qui rencontrent en consultation une grande partie de la population, peuvent contribuer à un dépistage plus efficace. La Haute Autorité de Santé (HAS) recommande un dépistage systématique pour toute personne âgée de 15 à 70 ans au moins une fois dans sa vie, qu’elle ait ou non des facteurs de risque d’infection, à l’occasion de toute consultation1. Le dépistage doit être effectué par un test ELISA classique dit de 4è génération, dont la performance diagnostique est supérieure au test rapide d’orientation diagnostique (TROD)2 dont la faisabilité est délicate en médecine générale3. La recommandation de la HAS soulève des questions de faisabilité et de pertinence. Une récente étude transversale aux urgences des hôpitaux d’Ile de France, région qui regroupe 50% des cas incidents annuels, a montré que la proposition systématique du test de dépistage rapide était bien acceptée par les consultants adultes. 18 sujets testés sur 12 754 (0,14%) étaient positifs et 17 d’entre eux avaient des facteurs de risque identifiables lors de l’entretien préalable4. Bien que la population étudiée soit différente de celle consultant en médecine générale, les auteurs concluent qu’une stratégie de dépistage systématique du VIH aurait un impact mineur en termes de santé publique. Le CNGE demande qu’une évaluation de la pertinence de la recommandation de la HAS soit conduite en médecine générale. Le CNGE recommande aux médecins généralistes d’évaluer les risques encourus par chaque patient si les conditions de la consultation l’autorisent. Il considère qu’il est possible de renforcer la stratégie de dépistage du VIH en saisissant toutes les occasions de proposer aux patients ayant été exposés à un risque, un test ELISA classique et le cas échéant, un dépistage des autres infections sexuellement transmissibles.

Le Conseil Scientifique du CNGE

1.http://www.has-sante.fr/portail/jcms/c_866949/depistage-de-linfection-par-le-vih-en-france-strategies-et-dispositif-de-depistage.

2.Picard O, Valin N, Fonquernie L et al. Tests rapides d’orientation et de diagnostic de l’infection par le VIH en CDAG : expérience pilote en France (janvier 2010-janvier 2011). Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire 2011 ;42:438-41.

3.Gauthier R. Etude DEPIVIH : faisabilité et acceptabilité de la réalisation des tests rapides d’orientation diagnostique du VIH par les médecins de ville en France. Thèse pour le doctorat en médecine, Université Paris 7 Denis Diderot, UFR de médecine. Soutenue le 19 Octobre 2011. http://www.bichatlarib.com/publications/publications.dmg.php ?phase=affichage_documents&numero_publication=480.

4.d’Almeida KW, Kierzek K, de Truchis P et al. Modest public health impact of nontargeted human immunodeficiency virus screening in 29 emergency departments. Arch Intern Med 2012 ;172:12-20.


Fichiers joints