Accès membre
Adhérer au CNGE
Bonjour, Visiteur
>>> Accès forums
 01.75.00.16.59
Conseil Scientifique > Productions du Conseil Scientifique > Communiqués du Conseil Scientifique > Cancer du col : priorité au dépistage organisé ! - mai 2012

Dans cette catégorie:

Dépistage organisé du cancer du col utérin : une nécessité d’information éthique pour les femmes - Septembre 2017

Comment améliorer la couverture vaccinale : concertation ou obligation ? Juin 2017

Patients hypercholestérolémiques : quelle attitude après la nouvelle recommandation de la HAS ? Mai 2017

Le CNGE pour une politique vaccinale cohérente et efficace - Décembre 2016

Le CNGE soutient la campagne « Novembre, moi(s) sans tabac » mais pour être efficace la mobilisation doit s’inscrire dans la durée - Novembre 2016

L’information faite aux femmes pour le dépistage organisé du cancer du sein est tronquée - Octobre 2016

Réduire la sur-prescription de benzodiazépines et apparentés : quelles solutions ? - Septembre 2016

Prévention du suicide : d’abord améliorer la prise en charge de la santé mentale des patients - Juin 2016

Médicaments du diabète de type 2 : le traitement centré sur l’HBA1c encore remis en cause par les récentes données de la science - Mars 2016

Revoir la place de la radiographie de thorax dans la prise en charge des pneumonies aiguës communautaires ? Janvier 2016

Test immunologique de dépistage du cancer colorectal : un plus en termes de performances et de simplicité - Novembre 2015

L’automesure tensionnelle pour le diagnostic d’hypertension artérielle : une référence pour la pratique - Sept 2015

Quelle performance pour le paiement à la performance ? Juin 2015

Recommandations de la SPILF sur les infections urinaires : une optimisation de la prise en charge à saluer, mais encore des inconnues - Juin 2015

Faut-il avoir peur du paracétamol - Avril 2015

ROSP : à quand des critères utiles à la santé des patients diabétiques et à la santé publique ? Mars 2015

Prise en charge du patient hypercholestérolémique en prévention primaire : vers de nouvelles recommandations ? - Décembre 2014

Congrès du CNGE - Plénière du Conseil Scientifique intitulée : Les statines, pour quels patients ? - Nov 2014

Patient hypercholestérolémique : abandonner les cibles de LDL et traiter par statine selon le risque cardiovasculaire. Le CNGE demande une mise à jour des recommandations françaises qui ne sont plus adaptées aux données de la science - Avril 2014

Visite de non contre-indication à la pratique du sport en compétition chez les sujets âgés de 12 à 35 ans : rien de nouveau depuis septembre 2012 - Mars 2014

Comment faire barrière à la grippe en période épidémique ? - Janvier 2014

Patients diabétiques de type 2 à haut risque cardiovasculaire, IEC et statines d’abord et surtout ! - Décembre 2013

Congrès du CNGE : plénière « Patients diabétiques de type 2, recommandation et données actuelles de la science - Que faire en pratique ? » - Novembre 2013

Les pilules de deuxième génération : LE premier choix - Septembre 2013

Nouveau calendrier vaccinal : le CNGE se félicite de sa simplification - Juin 2013

La recommandation de la HAS/ANSM intitulée « stratégies médicamenteuses du contrôle glycémique du diabète de type 2 » doit être modifiée - Avril 2013

Les nouveaux anticoagulants : à réserver à des situations particulières - Janvier 2013

Grippe saisonnière Malgré l’efficacité limitée des vaccins, la balance bénéfice/risque reste en faveur d’une vaccination ciblée - Novembre 2012

Traitement médicamenteux du diabète de type 2 Trop d’incertitudes, de nouveaux essais cliniques indispensables - Novembre 2012

Faut-il faire un ECG de repos lors de la visite de non contre-indication à la pratique du sport en compétition chez les sujets âgés de 12 à 35 ans ? - Septembre 2012

Maladies d’Alzheimer et apparentées_Des recommandations à préciser - Juin 2012

Cancer du col : priorité au dépistage organisé ! - mai 2012

Dépistage du VIH en médecine générale : multiplier les propositions de test et privilégier l’entretien orienté - Janvier 2012

Maladies d'Alzheimer et apparentées : structurer la prise en charge autour des interventions non médicamenteuses - Novembre 2011

Le médecin généraliste doit contribuer à mettre en œuvre les interventions médico-sociales utiles au patient et à son entourage - Novembre 2011

Quand faut-il traiter les otites de l’enfant par antibiotiques ? - Septembre 2011

Maladies d’Alzheimer et apparentées : diagnostiquer mais pas dépister - Septembre 2011

Dépistage du cancer de la prostate : et après ? - Septembre 2011

Cancer du col : priorité au dépistage organisé ! - mai 2012

Créé le jeudi 10 mai 2012

COMMUNIQUE DE PRESSE DU CONSEIL SCIENTIFIQUE DU COLLEGE NATIONAL DES GENERALISTES ENSEIGNANTS

Vincennes, 10 mai 2012

Cancer du col : priorité au dépistage organisé !

La prévention du cancer du col de l’utérus doit s’appuyer sur un dépistage organisé, coordonné par le médecin traitant.

En France, le cancer invasif du col utérin touche 3 000 patientes et est à l’origine de 1 000 décès par an1. Pour dépister les lésions précancéreuses, la HAS recommande2 de pratiquer un frottis cervico-utérin tous les trois ans après 2 frottis normaux espacés d’un an, pour les femmes âgées de 25 à 65 ans.

Moins de 60 % des femmes ont des frottis réguliers3. Elles en ont d’autant moins qu’elles sont au bas de la hiérarchie sociale4. Et 72  % des patientes ayant eu un cancer invasif n’ont pas bénéficié du dépistage recommandé5, alors même que 54 % des femmes sont dépistées à un rythme trop fréquent6. Si le même nombre de frottis étaient réalisés mais au rythme recommandé, 90 % des femmes concernées pourraient bénéficier du dépistage.

Compte tenu de la balance bénéfice/risque positive et d’un rapport coût/efficacité favorable7, la Haute Autorité de Santé a recommandé, en 2010, le dépistage organisé du cancer du col en plaçant le médecin traitant au cœur du dispositif2. Ce dernier devrait donc recevoir systématiquement le résultat de l’examen anatomo-pathologique du frottis. Mais, jusqu’à présent,  le dépistage n’est pas organisé et les médecins traitants sont rarement destinataires des résultats du frottis lorsqu’ils ne l’ont pas réalisé eux-mêmes.

Le CNGE :

-       demande que soit rapidement mis en place le dépistage organisé des lésions précancéreuses et du cancer du col de l’utérus tel que proposé par la HAS,

-       demande que le résultat des frottis soit systématiquement adressé au médecin traitant, responsable de la coordination du dépistage, même s’il ne l’a pas réalisé lui-même,

-       encourage les médecins traitants à s’impliquer davantage dans le dépistage, en étant particulièrement attentifs aux femmes socialement défavorisées,

-       rappelle la nécessité de continuer à faire des frottis chez les femmes ayant été vaccinées contre certains virus HPV.

Références

  1. Belot A, Grosclaude P, Bossard N, et al. Incidence et mortalité des cancers en France durant la période 1980-2005. Rev Epidemiol Santé Publique 2008;56:159-75.
  2. Haute autorité en santé. État des lieux et recommandations pour le dépistage du cancer du col de l’utérus en France. 2010. Disponible sur : http://www.has-sante.fr/portail/jcms/c_1009772/etat-des-lieux-et-recommandations-pour-le-depistage-du-cancer-du-col-de-luterus-en-france?xtmc=cancer%20du%20col&xtcr=1 (consulté le 12/04/2012).
  3. Ministère du travail, de l’emploi et de la santé. L’état de santé de la population en France, rapport 2009-2010. Disponible sur : http://www.sante.gouv.fr/l-etat-de-sante-de-la-population-rapport-2009-2010.html (consulté le 12/04/2012).
  4. Rigal L, Saurel-Cubizolles MJ, Falcoff H, Bouyer J, Ringa V. Do social inequalities in cervical cancer screening persist among patients who use primary care? The Paris Prevention in General Practice survey. Prev Med 2011;53:199-202.
  5. Lavoué V, Gautier C, Piette C, et al. Histoire cytologique de 191 patientes atteintes d’un cancer invasif du col de l’utérus en région Bretagne. Journal de Gynécologie Obstétrique et Biologie de la Reproduction 2009;38:396-403.
  6. Rousseau A, Boyet P, Merlière J. Evaluation du dépistage organisé et du dépistage individuel du cancer du col de l’utérus : utilité des données de l’Assurance maladie. BEH 2002;19:81-3.
  7. CRESGE, INVS. Modélisation médico-économique de l’impact de l’organisation du dépistage du cancer du col utérin et de l’introduction de la vaccination contre les HPV dans le calendrier vaccinal. 2007. Disponible sur : http://archives.invs.sante.fr/publications/2008/modelisation_hpv/rapport_modelisation_hpv.pdf (consulté le 12/04/2012)

 

Pour le Conseil scientifique du CNGE, contacts  Presse : Vincent RENARD  06.25.80.33.29

et Caroline HUAS   06 03 43 59 05